Béa Johnson vivait à fond «l’American Dream» (famille, carrière, grosse maison, voitures et surconsommation) jusqu’au jour où elle a pris conscience de la génération massive de déchets et du vide qu’engendrait ce mode de vie. Lire la suite